deuil jeux vidéo
bien-être,  Blog Jeux Vidéo,  jeu vidéo thérapie

Faire son deuil avec les jeux vidéo

Aujourd’hui, j’ai décidé d’aborder avec vous un sujet compliqué, délicat, mais néanmoins important : faire son deuil. Avec Céline, nous tentons de vous faire prendre conscience que les jeux vidéo, loin d’être des générateurs de vices et d’abrutissement, sont de merveilleux supports à votre développement personnel. Ils peuvent vous servir de soutien dans tous les aspects de votre vie, dans les bons moments, comme dans les mauvais. Et l’épreuve la plus douloureuse que nous offre la vie, c’est bien la mort. Chacun de nous y a été confronté, de près ou de loin, à un moment donné. 

Je l’ai personnellement côtoyée de près 3 fois ces deux dernières années, j’ai perdu dans un laps de temps très court deux des personnes qui comptaient le plus à mes yeux, et un bébé chaton que j’aimais de tout mon cœur. Loin de moi l’idée de vous dire cela pour me faire plaindre, tout le monde vit ses drames et je ne veux établir aucune échelle à la douleur. Mais cette expérience et ce vécu sont l’occasion pour moi de vous partager deux jeux qui m’ont aidé à surmonter certaines étapes du deuil et à comprendre beaucoup de choses sur moi-même dans l’espoir, peut-être, d’en aider certains d’entre vous. 

Gris : l'expérience des 5 étapes du deuil

Gris est entré dans ma vie par pur hasard alors que je cherchais un jeu poétique avec lequel me détendre en profitant de beaux graphismes. C’est en me renseignant un peu à son sujet que j’ai découvert qu’il était en réalité un guide pour faire son deuil, ou du moins une métaphore de cette épreuve. Ce qui m’a vraiment marqué avec Gris, c’est la précision avec laquelle il décrit les émotions relatives à la perte, sans même avoir besoin de dire un seul mot. Le jeu est en effet totalement exempt de paroles, seule une bande-son magistrale accompagne notre voyage. 

deuil jeux vidéo

La métaphore de la perte

Tout commence par la cinématique, on y découvre une femme, colorée, allongée au creux d’une main qui se fissure et se brise. Cette statue représente l’être cher, et la cassure symbolise sa mort. Celle-ci provoque la chute de notre protagoniste, qui tombe dans un abîme qui semble sans fin. Elle atterrit dans un univers cette fois dénué couleur, le monde semble s’écrouler autour d’elle. Elle fait tout pour tenter de marcher, mais s’écroule à chaque pas et peine à avancer. Difficile ici de ne pas comprendre les émotions qui la traversent, on reconnaît la première étape : le choc. 

Une impression que le temps est suspendu et que le monde s’est arrêté. Lorsque j’ai lancé Gris et que j’ai découvert cette cinématique, cela m’a rappelé que j’ai fait l’expérience de cette absence de couleur. Si je ne me rappelle pas quand elles ont disparu, je me souviens de la première fois où j’ai pris à nouveau conscience de leur intensité, après avoir refait surface. C’est pour cela que je parle de précision, c’est cette façon de montrer les choses sans les dire, propre à ce jeu, et qui vous touche profondément. 

La deuxième étape du deuil

En avançant dans cette partie première du jeu, on tombe sur une statue de l’être cher. Cette statue recomposée, comme une assiette dont on aurait recollé grossièrement les morceaux, est une métaphore du déni. Cette phase plus ou moins longue juste après l’annonce durant laquelle le cerveau tente de nier la réalité, se maintenant dans l’état de conscience dans lequel il était avant le choc. 

deuil jeux vidéo

L’introspection

Notre personnage passe ensuite par toutes les différentes étapes du deuil, représentées par des couleurs ou parfois même par des créatures. Je ne veux pas vous spoiler en vous décrivant à quoi ressemblent les paysages que vous pouvez traverser, car je pense qu’il vaut mieux découvrir ce jeu par soi-même. Sachez simplement qu’il se base sur le déni, la colère, le marchandage, la dépression et l’acceptation. Gris ne vous dira jamais clairement où vous en êtes, de la même manière que dans la réalité, vous ne le savez pas vraiment. Rien n’est défini et coupé au couteau, les phases s’alternent et se mélangent, provoquant bien souvent l’incompréhension. 

Personnellement, mettre des images, des couleurs, des formes et des sons sur mes émotions m’a permis d’ouvrir les yeux sur certaines facettes de moi-même et de comprendre un peu mieux le processus du deuil et mes ressentis.

 

Aussi je vous rassure, Gris n’est pas réservé aux personnes qui sont en deuil, loin de là. Chacun y voit ce qu’il veut y voir, et ce qu’il peut y voir. C’est avant tout un jeu poétique, dont la direction graphique et la bande-son sont à couper le souffle et qui mérite vraiment le coup d’oeil. 

deuil jeux vidéo

Spiritfarer : un guide vers la mort

Connaissez-vous Charon ? C’est le passeur des Enfers, il a pour mission de faire traverser le Styx aux âmes de tous ceux qui doivent entrer dans le royaume des morts. Eh bien Spiritfarer vous permet de l’incarner. Après ma découverte de Gris, j’ai eu envie de m’intéresser aux jeux qui traitent de la mort, ce n’était pas pour me faire du mal, mais plus par envie de découvrir ce pan du jeu vidéo que je ne connaissais pas et ressentir à nouveau les sensations qui Gris m’avaient procuré.

deuil jeux vidéo

Le rôle du passeur

Dans SpiritFarer, Charon prend sa retraite en vous confiant le soin de guider les âmes vers ce que le jeu appelle le Seuil, une porte ronde par laquelle passent tous ceux qui doivent terminer leur vie. Votre objectif sera de les accompagner, de les écouter et d’accomplir leurs dernières volontés. Dans cette mission, vous êtes accompagné de Daddodil, votre chat. Ce dernier vous suivra partout et vous aidera dans les tâches que vous aurez à réaliser, la première étant de récupérer votre bateau.

Un accompagnement vers l’au-delà

Sur votre bateau, grâce auquel vous récupérez vos passagers voyageant vers l’au-delà, vous allez pouvoir aménager une sorte de petite ville intérieure avec une petite cuisine, des habitations, de quoi faire pousser vos récoltes ou faire pousser des arbres pour prendre soin de vos pensionnaires. C’est en gagnant la confiance des esprits que vous accompagnez que vous pourrez les mener vers le Seuil.

deuil jeux vidéo

Dédramatiser la mort pour mieux l’accepter

À chaque étape, vous en apprendrez plus sur les personnages, ils pourront vous raconter leurs histoires familiales, leur vécu et leur ressenti à l’approche de la mort. Tout est abordé sans drame, sans émotion excessive et tout en douceur. C’est un jeu extrêmement poétique qui permet en quelque sorte de dédramatiser la mort et d’entamer une démarque de paix avec elle. Chaque départ d’un pensionnaire vers l’au-delà laisse à votre personnage un objet qui lui permettra d’avancer, comme si la mort était un apprentissage. Bien sûr, on y colle son propre vécu et ses propres craintes, mais cela permet de se confronter en douceur et en délicatesse à une épreuve pourtant douloureuse.

 

Je conseille Spiritfarer à tous ceux qui aiment les jeux poétiques, captivants et aux graphismes flamboyants inspirés des univers de Miyazaki. C’est un jeu émotionnellement prenant, mais qui ne vous laissera pas d’arrière-goût désagréable, bien au contraire, et il vous permettra peut-être même d’entamer votre démarche de deuil, si vous en ressentez le besoin.

deuil jeux vidéo

« Nous voulions faire un jeu qui parle du deuil et des gens en fin de vie, avec empathie, compréhension et tendresse »

Nicolas Guérin, directeur créatif chez Thunder Lotus.

Conclusion

Cet article était à la fois compliqué à écrire et libérateur. J’avais pour objectif de vous présenter des jeux qui parlent de la mort d’une façon bienveillante, douce et poétique. Ce sont des ressentis importants, surtout dans une période aussi anxiogène que celle que nous vivons. J’espère que j’aurai pu vous faire découvrir ces merveilles du jeu vidéo et susciter votre curiosité à leur égard, si par la suite ils vous permettent d’aborder certains aspects du deuil et de la mort avec un autre regard, alors j’aurai tout gagné. 

Si vous ressentez le besoin de discuter de ces sujets ou si vous avez des témoignages à me partager concernant ces jeux ou d’autres, je suis disponible avec grand plaisir sur tous les réseaux sociaux !

 

Juliette Defrance

Rédactrice

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.