jeux vidéo et émotions
bien-être,  Blog Jeux Vidéo,  jeu vidéo thérapie

Jeux vidéo et émotions : les comprendre quand on joue

Quand je joue à ce jeu vidéo, qu’est ce que ça me fait ? Est-ce qu’il me permet de me défouler, me libérer, me faire rêver ou au contraire est-ce qu’il me rend triste ou m’énerve au point de jeter la manette sur mon écran plat (et oui je fini par le regretter après) ? Les émotions dans le jeu vidéo, il faut en parler pour pouvoir comprendre. Je te guide dans cet article sur ce sujet.

Les émotions dans le jeu vidéo

Quand on commence à connaître nos réactions, on peut largement les appréhender dans le jeu vidéo. Trop de stress lors d’un jeu compétitif ou perdre peut provoquer une petite colère par exemple. 

La peur dans certains jeux est tellement grande qu’elle nous fera nous planquer sous la table basse pour ne pas voir arriver le monstre. 

👉🏼 Dans tous les cas, le jeu vidéo provoque chez nous des émotions et c’est intéressant pour nous de les comprendre afin de mieux gérer nos comportements.

Chacun a son style de jeu vidéo

Chaque personne recherche des émotions différentes et les retrouves dans leur style de jeu favori :

  • Les jeux défouloir (sortir un trop plein d’énergie; soulagement) ; 
  • Les jeux de peur (sensation forte, dépassement de soi) ; 
  • Les jeux narratifs (tristesse, attachement au personnage, histoire poignante) ; 
  • Les Jeux exigeant (dépassement de soi, se prouver qu’on peut le faire) ; 
  • Les jeux compétitifs (dépassement de soi, vouloir prouver aux autres, valoriser ses compétences, peut déclencher de la colère de perdre) —> la colère n’est pas engendré par le JV mais par les comportements soit des autres joueurs soit son propre comportement
  • Les jeux détentes (souvent axé RPG avec interface épurée) : tranquillité et peu d’effort

Comment je joue aux jeux vidéo

Depuis que j’ai appris le développement personnel (voir l’article des besoins), j’ai une façon différente de jouer aux jeux vidéo. 

👉🏼 J’observe mes émotions quand je joue et mes réactions. 

Si je ressens de la colère : est-ce de la colère « saine » ? –> qui me pousse à aller plus loin dans mes performances. 

Si je ressens de la tristesse : est-ce lié à l’histoire du jeu ?

Si je suis contrariée : est-ce que j’ai encore envie de jouer à ce jeu ?

J’en prend note pour mes futures sessions de jeu. Ensuite, je fuis le plus possible la toxicité sur les jeux vidéo en ligne (l’application gaming squad fera l’objet d’un test pour se faire).

Une anecdote personnelle

C’était une époque où le jeu vidéo était pour moi un moyen de me valoriser face aux autres joueurs. Le mode compétitif joueur contre joueur de certains jeux me rendait dingue. Je me mettais à pleurer de rage quand je perdais plusieurs manches d’affilée, je ne passais vraiment pas un bon moment. Le jeu devenait un enjeu trop important. 

J’étais dans une période de ma vie où je me dévalorisais beaucoup, je n’avais pas confiance en moi et je n’avais presque aucune estime de moi.

Aujourd'hui

Pour faire la comparaison : Aujourd’hui, je vais jouer beaucoup moins sur ce style de jeu et surtout je me préserve beaucoup plus. Quand ça commence à me saouler 👉🏼 je quitte le jeu et c’est tout !

Je me sens légitime à partir d’une game si elle est toxique, à quitter un jeu à n’importe quel moment si il me fait ressentir des choses pas cool et qui n’ont rien à faire là. 

Évidemment il y a une part de gestion de ses émotions et de ses réactions, mais aussi une part qui me dit que le plus important c’est ma santé mentale et pas le jeu. Le jeu vidéo doit rester ludique pour moi. Si je ne m’amuse plus, j’arrête, point.

J’ai enfin confiance en moi, une bien meilleure estime de moi-même et je réussis à réaliser certaines choses dans des modes de jeux qui n’étaient pas faisable pour moi auparavant. J’ai plus de calme en moi et de sang froid.

jeux vidéo et émotions

Comment rendre plus saine sa façon de jouer aux jeux vidéo ?

Obligations et envies

Ça commence par une connaissance de soi. Il est temps de s’écouter. Quand on est gamer/gameuse, l’esprit compétitif peut parfois prendre le dessus sur ce que l’on veut vraiment au fond de soi. Je m’explique : Réaliser les trophées platines, avoir plus que les autres, s’entraîner pour être meilleur peut parfois nous amener à une certaine « obligation ».

On ne dit plus 👉🏼j’ai envie de jouer à ce jeu.

On dit 👉🏼il faut que je termine ce jeu.

Jeux vidéo et émotions - Savoir doser

Alors pour ne pas partir dans l’extrême de l’obligation gaming, il faut savoir doser et s’interroger sur ses envies de jeu vidéo. C’est ok de vouloir performer et de vouloir être compétitif mais attention à ne pas s’oublier soi-même. C’est la base pour commencer à comprendre ses émotions, il faut d’abord écouter son état émotionnel.

S'interroger sur son état émotionnel

1/Les premières étapes sont simples : 

  • Noter les émotions que je ressens quand je joue à tel ou tel jeux
  • Comment je me sens à l’instant T ?
  • Je choisis mon jeu vidéo en fonction des deux premiers points

2/Apprends à pratiquer l’auto compassion au quotidien dans le jeu vidéo :

Si tu perds, c’est parce que tu manques de pratique et non pas parce que tu n’es pas capable de gagner !

Penses dans ta tête à des phrases du style : « J’ai perdu mais j’ai confiance en mes capacités »; « Je sais que je peux le faire avec un bon entraînement »; « La difficulté de ce jeu est réelle« ; « Je ne perds pas, j’apprends ».

🌟Pour t’aider dans ta quête difficile de super gamer/gameuse qui prend soin de ses émotions, tu peux retrouver une fiche journalière pour prendre des notes sur le jeu vidéo et sur tes ressentis. Tu peux l’avoir en t’inscrivant à la newsletter.

Portrait Céline

Céline Nicolini

Créatrice et Rédactrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.