Des manettes de nintendo switch sur une table avec une calculatrice, des crayons de couleur et un dessin sur les mathématiques.
Blog Jeux Vidéo,  développement personnel

Les jeux vidéo et les maths : similitudes des univers

Les jeux vidéo et les maths sont deux univers dans lesquels il faut rentrer pour en comprendre toutes les mécaniques. Cet article parle de ma rencontre avec Agnès Rigny, une coach qui a fondé Maths Sans Stress. Nous avons eu un échange enrichissant entre ces deux domaines. Passionnants et stigmatisés, ils ont énormément de similitudes et développent un panel de compétences personnelles intéressantes.  Ouvrez votre esprit en lisant cet article et laissez moi vous guider dans un échange qui cassera vos idées reçues.

Qui est Agnès Rigny ?

Photo : Droits Réservés

Fondatrice de Maths Sans Stress, Agnès dédiabolise les mathématiques

Elle est une ancienne professeure agrégée, qui, ne trouvant pas la place pour introduire ses outils ludiques et son approche différente, quitte l’éducation nationale pour se lancer dans l’accompagnement sur la problématique des blocages en maths.

Aujourd’hui, Maths Sans Stress est aussi là pour former des praticiens aux méthodes qui fonctionnent pour aider les élèves à aimer et apprendre la matière. 

Les stéréotypes

Les premières fois que l’on échange, c’est lors d’un accompagnement de bilan de compétences (qu’Agnès pratique aussi). 

Les stéréotypes sur le jeu vidéo

Agnès :

Quand j’ai rencontré Céline et que j’ai compris que c’était une « gameuse », j’avoue que les « vieux » clichés m’ont traversé l’esprit. J’en étais restée à des idées comme :

  • Les jeux vidéo c’est abrutissant, on essaye de dégommer le plus rapidement possible un maximum de personnes (ou de bonbons ok c’est plus mignon mais tout aussi débile)
  • C’est addictif, on se met en mode hypnotique et on ne fait plus que ça
  • On se désocialise
  • C’est immoral (je pense à GTA par exemple)
  • C’est pour les geeks

Bref, je comprenais qu’on puisse y jouer, mais je ne pensais absolument pas que cela pouvait contribuer à « élever » l’individu, ni qu’il y avait une quelconque approche artistique.

Enfin pas tout à fait quand même, j’exagère un peu. Par exemple, j’avais vu mes enfants jouer à Assassin’s Creed et j’avais trouvé les graphismes très beaux. Bon, mais le héros c’est quand même un assassin…

Une image d'un jeu vidéo appelé Assassin's Creed Valhalla. Le héro se tiens sur le rebord d'une falaise et observe un paysage magnifique.
Image du jeu vidéo Assassin's Creed Valhalla

L'art total

Alors quand Céline m’a dit que pour elle, les jeux vidéo c’était « l’art total », j’ai été bluffée. Que cela l’avait énormément aidé à traverser des moments difficiles de sa vie m’a aussi beaucoup étonnée.

Pour moi l’art total, c’était l’Opéra. Et quand on allait mal, passer sa journée à dégommer des gens sur un écran n’allait pas arranger les choses, au contraire.

Mais comme je suis curieuse, je l’ai écouté et j’ai découvert tout un monde. Je peux dire que Céline m’a totalement fait changer d’avis sur les jeux vidéo et m’a ouvert l’esprit.

Les stéréotypes sur les mathématiques

Céline :

« Je suis nulle en maths », une phrase qui est sortie de ma bouche en face d’Agnès Rigny.

J’ai toujours détesté les maths qui me rappelle une mauvaise ambiance scolaire avec des méthodes inadaptées et une cette croyance d’être mauvaise. Je savais que je n’étais pas nulle en réalité mais je me disais plutôt que je n’étais pas faite pour ça. Je ne voyais pas du tout où se plaçaient les mathématiques dans ma vie et pourquoi je les étudierais.

Un échange avec Agnès m’a ouvert les yeux sur cet univers et des rapprochements avec l’univers du jeu vidéo.

Agnès et moi n’avons pas grand-chose en commun, si ce n’est une véritable passion pour un domaine spécifique. Elle, les maths et moi, le jeu vidéo.

Au fil de la conversation, je me suis dit « ai -je fait des mathématiques pendant tout ce temps sans jamais m’en rendre compte ? ». Et je me suis surprise à comprendre réellement que la phrase « Je suis nulle en maths » est une croyance limitante.

Accepter d'entrer dans un univers

Céline :

Dans le jeu vidéo, il y a plusieurs univers différents, même si le jeu vidéo est déjà un univers en soi. Il y a tellement de jeux vidéo différents, de communautés autour de certains jeux en ligne. Des univers qui n’ont rien à voir les uns avec les autres.

Accepter les règles

On passe d’un monde ouvert où il faut incarner un personnage et évoluer en solo à un jeu où il faut créer son propre personnage et trouver une équipe pour pouvoir évoluer. Dans chacun des jeux, il y a des règles avec lesquelles on évolue. Ceux qui ne les respectent pas, on les appelle les « cheater » et ce n’est pas vraiment bien vu.

Image du jeu vidéo Guild Wars 2. On y voit une multitude de joueurs qui frappe un boss.
Image de Guild Wars 2 lors des événement d'Halloween

On passe d’un langage général dans le jeu vidéo (gaming, rpg, moba, mmorpg, beat’em all …) à un langage plus spécifique selon les jeux.

On va avoir un langage particulier entres les joueurs dans les jeux multi-joueurs massif en ligne (Mmorpg) par exemple puis un autre dans un jeu de tir à la première personne (FPS). Quand les joueurs découvrent ces univers, ils posent naturellement (ou pas) des questions pour apprendre. Ils évoluent avec d’autres joueurs qui leurs apprennent le langage ou vont se renseigner par eux même sur les définitions de certains termes. Paraît il que les maths, c’est aussi une question de règles à accepter, de langage et d’univers. 

Les univers des jeux vidéo et des mathématiques

Agnès :

Une de mes activités principales est d’aider les gens qui ont des blocages en maths. Pour cela, entre autres, j’ai réfléchi aux compétences nécessaires pour faire des mathématiques, et j’ai dans ma boîte à outils tout un tas de jeux (de société) qui permettent de développer ces diverses compétences. 

Un de mes jeux préférés est Antivirus (https://www.smartgames.eu/fr/jeux-pour-1-joueur/anti-virus) qui développe par exemple le sens de la stratégie. De fil en aiguille, je me suis dit que les jeux vidéo pouvaient également développer ces compétences, et pour vérifier cette hypothèse, j’ai fait appel à Céline. Il y a en effet pas mal de parallèles entre l’univers mathématique et l’univers des jeux vidéo.

Car, en effet les mathématiques sont un univers où comme dans le cas des jeux vidéo, plusieurs univers.

Et dans ces univers on trouve :

  1. Des objets, qui se manipulent de façon précise.
  2. Un langage particulier (vocabulaire, syntaxe).
  3. Des enjeux (la vérité, trouver des solutions, convaincre par des arguments –pas par la force).
  4. Des niveaux à franchir, dans un certain ordre.
  5. Des préoccupations particulières, des questions spécifiques, des règles à utiliser.
  6. Des super-pouvoirs à développer.
  7. Des choses à apprendre. Des explications à donner.
  8. Des monstres et des héros.
  9. Des guides.
  10. Des défis à relever et des énigmes à résoudre.

Des exemples

Par exemple, on trouve des « espaces vectoriels ». 

Qu’est-ce qu’il y a dans un espace vectoriel ? Les habitants de cet espace s’appellent des vecteurs. Ils interagissent entre eux en se combinant, d’une façon dite « linéaire ». 

Image de l'artiste hilma af Klint
Retable, oeuvre de l'artiste hilma af Klint

Il y a des éléments particuliers, le vecteur nul, seul de son espèce, mais indispensable (il peut être le seul habitant de son espace), il y a des vecteurs qui servent à engendrer tous les autres, les vecteurs de « base », mais on peut changer de base. (Il y a une forme de démocratie).

Un autre exemple d’univers est celui de la géométrie plane

Dans cet univers, on trouve des points, qui se mettent ensemble pour faire des segments, qui s’assemblent eux-mêmes pour faire des figures à plusieurs côtés, des carrés, des triangles, des rectangles, des polygones. Ils ont des tailles différentes et peuvent aussi s’assembler entre eux pour faire des figures plus complexes. 

Mais au fait, un jeu vidéo, c’est un assemblage de points ! Donc ces deux univers sont assez proches en fin de compte. C’est une question de point de vue.

L'importance de la communication

Agnès : 

Faire des mathématiques est une activité qui se pratique plutôt seul, en tout cas il y a une grande partie de réflexion individuelle. Mais c’est en communiquant avec les autres que l’on progresse. En expliquant son travail que l’on comprend mieux, et parfois les autres peuvent nous donner des idées qui vont nous permettre de nous débloquer. 

Une personne explique une formule mathématique à quatre autres personnes.

D’autre part, résoudre un problème et ne pas le transmettre aux autres, ça ne sert pas à grand-chose. De toute façon, il faut que la résolution soit validée par d’autres, et pour cela, il faut verbaliser sa démarche, expliquer ce que l’on fait. Dans le cadre scolaire, la communication est une des compétences attendues en maths.

Communiquer pour évoluer

Céline :

S’il y a bien une chose que le jeu vidéo m’a appris à développer c’est ma communication. Communiquer pour verbaliser ce que l’on est en train de faire pour que l’équipe puisse agir en conséquence. Dans les échanges, il y a aussi le fait de valoriser ce que l’on a pu faire dans le jeu, ce qu’on a acquis, ce que l’on veut réaliser ou les quêtes que l’on souhaite poursuivre.

Communiquer pour demander conseils et avancer sur une quête dans les communautés, dans les forums ou bien dans le « tchat » du jeu.

Les jeux vidéo et les mathématiques sont deux activités qui nous forcent à apprendre à verbaliser les choses pour progresser.

Une personne joue aux jeux vidéo sur son ordinateur

Stratégies et énigmes

Agnès : 

Un autre point commun entre les maths et les jeux vidéo, c’est que dans les deux cas, on doit résoudre des énigmes, pour cela développer des stratégies, essayer, recommencer. Faire des casse-têtes c’est faire des maths, et dans les jeux vidéo, il y en a plein ! C’est vraiment excellent pour développer ses compétences en maths.

Des problèmes non résolus

Certains problèmes de maths n’ont pas encore de solution connue et la recherche de cette solution est parfois la quête de toute une vie. 

C’est par exemple l’histoire d’Andrew Wiles, mathématicien anglais contemporain, qui a résolu en 1994, après 7 ans de travail en quasi secret, une des plus célèbres conjectures, la conjecture de Fermat. (Une conjecture, c’est une propriété mathématique dont on pense qu’elle est vraie, mais dont on n’a pas de preuve. Quand on a trouvé une preuve, cela devient un théorème).

La conjecture de Fermat a été énoncée en 1637 et démontrée seulement en 1994. Andrew Wiles quant à lui, a eu l’idée de cette quête à l’âge de 10 ans. Il l’a démontré 30 ans plus tard…Plus d’info dans cet article : https://mathssansstress.fr/faut-il-toujours-realiser-ses-reves

Des jeux vidéo et des maths : de l'énigme à la stratégie

Céline :

C’est un univers dans lequel tout n’est pas toujours simple, il n’y a pas que de la facilité, il n’y a pas qu’une dimension légère dans le jeu vidéo, il y a aussi un lot de difficultés et parfois des situations d’inconfort pour le joueur. Résoudre une énigme, gagner une partie contre une équipe qui a un bon niveau ou s’atteler à un boss difficile demande une organisation et une stratégie. Plusieurs joueurs peuvent réfléchir à élaborer ce plan et sont leaders pour le mettre en place.

Les jeux vidéo nous amènent de manière inconsciente et ludique à la réflexion et à l’élaboration d’une série d’actions pour réussir une épreuve.

The legend of Zelda et les mathématiques

Dans les énigmes que l’on doit réaliser en solo ou à plusieurs, c’est aussi une forme de logique mathématique auquel on sera souvent confronté. Je pense notamment aux puzzles à résoudre. « Agnès, quand tu m’as montré les jeux de stratégie que tu utilises pour expliquer les mathématiques, j’ai immédiatement pensé à Zelda. Dans cette licence, il y a plusieurs fois des petites énigmes dans lesquelles il faut regrouper plusieurs pièces ou alors il faut faire un certain nombre de bon placement pour amener un cube d’un point A à un point B. »

Link dans le jeu vidéo Zelda déplace une plateforme pour résoudre une enygme
Zelda Breath of the Wild

Les fans de Nintendo et d’énigmes dans les jeux vidéo ne seraient-il pas des fans de mathématiques en fin de compte ?

Quelles sont les valeurs pour réussir ?

Agnès : 

Parmi les qualités importantes pour faire des maths, on trouve l’imagination, le sens de l’effort, la capacité à se poser des questions et le sens de l’observation.

Pourquoi l’imagination est-elle importante en maths ? Parce qu’on manipule des objets que l’on ne peut pas toujours voir. 

Je peux voir un segment, je le dessine, voilà :

Mais une droite, c’est infini, ça ne s’arrête jamais, ça dépasse la page, la pièce, la ville, la Terre et même les galaxies lointaines !

Je peux concevoir n’importe quel nombre entier, mais déjà pour « voir » 100 000 000 000 000 000 000 000, il faut pas mal d’imagination, mais il y a toujours un nombre plus grand que n’importe quel nombre. La suite des nombres ne s’arrête jamais.

La bataille des nombres

On propose parfois aux collégiens pour apprendre à ajouter des nombres positifs avec des nombres négatifs, de faire « la bataille des nombres » (ça pourrait faire un titre de jeu vidéo ?). Il y a les chevaliers « négatifs » et les chevaliers « positifs ».  Ils s’affrontent et se neutralisent deux par deux. Par exemple (-3) + 5 :

Dessin qui explique une formule de mathématique
Dessin : Agnès Rigny

Il reste deux chevaliers positifs sur le terrain, donc le résultat est 2.

(-7) + 4 : il reste 3 chevaliers négatifs sur le terrain, donc le résultat est -3.

explication d'une formule mathématique en dessin
Dessin : Agnès Rigny

Mais comment représenter (-105) + 89 ? ou (-3456) + 5643 ?

C’est là qu’on utilise l’imagination.

L'entraînement et l'acceptation des règles

Le sens de l’effort, en maths, cela veut dire qu’on va accepter de s’entraîner en calcul, qu’on va accepter d’apprendre des règles, de passer du temps à comprendre les objets (ou les habitants) de cet univers, qu’on va devoir chercher la solution de l’exercice (elle ne vient pas toute seule en général..) et qu’il est parfois nécessaire de s’y reprendre à plusieurs fois.

Poser des questions

Se poser des questions en maths c’est primordial. Qu’est-ce que c’est, comment ça se manipule, comment ça se représente, comment ça marche ? A quoi ça sert ? Qu’est-ce qu’on peut faire avec ?

Pourquoi ? C’est en se posant des questions qu’on trouve les réponses, et qu’on comprend.

L'observation

Le sens de l’observation est incontournable, pour savoir quelle formule on va utiliser, si « il manque des morceaux », et comment on va faire pour les retrouver ?

Voyez-vous la différence entre ces deux formules ?

Dessin : Agnès Rigny

Céline :

Les valeurs pour réussir dans les deux domaines sont très similaires. Dans le jeu vidéo nous allons travailler sur le développement de ces qualités :

  • Persévérance
  • Détermination
  • Dépassement de soi
  • Patience
  • Acceptation

Ce sont des valeurs que l’on développe dans tout l’univers vidéo-ludique. Comme le dit Agnès pour les maths, on développe aussi notre imagination et une façon de visualiser.

Visualiser et imaginer

Exemple : Parfois quand je joue à Animal Crossing, je visualise comment je peux améliorer et personnaliser mon île. 

Un autre exemple : quand je joue à un jeu coopératif tel que Guild Wars 2, on établit une stratégie alors je visualise la mise en place de la stratégie. J’imagine aussi la suite de l’aventure et des contrées que je pourrai explorer en avançant dans les niveaux.

Être bon en jeux vidéo aide à être bon en maths

Agnès : 

En conclusion, écrire cet article avec toi Céline, m’a permis de prendre conscience de nombreux points communs entre les maths et les jeux vidéo, et que jouer aux jeux vidéo peut permettre d’être meilleur en maths… et réciproquement !

Céline :

En effet, il est important de noter que les idées reçues, les clichés, les pensées et croyances limitantes sont en nous sur plusieurs domaines et sujets différents.

Pour « s’élever » réellement et obtenir une richesse d’informations et de bénéfices, il est nécessaire d’aller au-delà de ses croyances et d’observer par soi-même. Non seulement les compétences développées par le jeu vidéo sont utiles en mathématiques mais elles nous permettent aussi d’entrer dans cet univers avec moins d’appréhension, puisque les jeux vidéo nous font faire des maths.

👉🏼Vous avez aimé cet article, vous avez des questions sur ce sujet ? N’hésitez pas à laisser votre message en commentaire. 

Pour aider ce blog, mettez un euro dans la boîte Utip de Journal d’une Gameuse.

Une femme souriante assise dans un fauteuil. Il s'agit d'Agnès Rigny
Photo : Droits réservés

Retrouvez Agnès et son travail sur Maths Sans Stress. Vous y trouverez des méthodes, des coachings et un vrai réseau de praticien pour accompagner les personnes qui ont des blocages en mathématiques. Que vous souhaitiez vous faire aider en maths ou si vous êtes professeur et que vous souhaitez apprendre de nouvelles méthodes pour mieux enseigner et aider les élèves, vous pouvez la contacter. 

Vous pouvez également découvrir ses services de coaching et de bilan de compétences sur son site internet agnesrigny.fr.

coach hypersensibilité

Céline Nicolini

Coach en bien être & rédactrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *