Life is strange hyperempathie
bien-être,  Blog Jeux Vidéo,  jeu vidéo thérapie

L’Hyperempathie et le jeu Life Is Strange

Je vous parle dans cet article de l’hyperempathie et la façon dont le jeu vidéo Life Is Strange True colors permet de comprendre cette particularité, ce « pouvoir », ce « don ». En effet c’est comme ça que je préfère le voir, quand d’autres peuvent considérer que c’est une maladie qu’il faut soigner. Je vous parle de mon expérience avec l’hyperempathie, du rapprochement avec Life Is Strange, de comment elle se manifeste chez moi, comment cela peut devenir une bonne chose et comment on peut calmer les effets négatifs.

L'hyperempathie, qu'est ce que c'est ?

Non, l’hyperempathie, au même titre que l’hypersensibilité, n’est pas une maladie ! D’ailleurs l’hyperempathie vient souvent avec le fait d’être hypersensible. Donc, l’hyperempathie est une sensibilité aux émotions des autres mais bien plus encore. Quand on est hyperempathe, on ressent les émotions des autres comme si c’était les nôtres. 

Je peux me sentir très heureuse quand quelqu’un est heureux en face de moi mais aussi très triste si la personne a une grande tristesse en elle. 

Je peux aussi ressentir ces émotions dans mon corps (poids sur la poitrine, gorge serrée, poids sur la tête, lourde fatigue quand il s’agit d’émotions négatives). La plupart du temps, je vais ressentir surtout les émotions négatives quand je rencontre une personne ou quand je suis en contact avec elle et quand je comprends que cela ne vient pas de moi je peux alors comprendre d’où ça vient et quels sujets cela touche plus ou moins. Plusieurs indicateurs peuvent me donner des éléments : les gestes et langage non verbal, les micros expressions, le regard, l’intonation de la voix, le comportement général.

La différence entre hyperempathie et empathie

La principale différence entre empathie et hyperempathie c’est, dans un premier temps, l’intensité du signal reçu. L’empathie permet de comprendre ce que ressentent les autres en s’identifiant à sa situation sentimentale et d’améliorer son intelligence émotionnelle.

En comparaison, l’hyperempathie est bien plus forte et comprend plus de particularités : sensations physique, brouillage de son signal émotionnel (on peut penser que ces émotions nous appartiennent), profonde compréhension de l’autre et de ses besoins.

Le super pouvoir d'Alex chen dans Life Is Strange

Life is strange hyperempathie

Dans le jeu Life Is Strange : True Colors, Alex Chen est doté d’un pouvoir qui est une forme d’hyperempathie très poussée. Elle peut voir les émotions des autres se présenter sous une forme d’aura coloré autour d’eux. 

Mimétisme

Elle peut également les ressentir et parfois s’en emparer, en se concentrant elle peut lire dans les souvenirs ou les pensées préoccupantes. Comme beaucoup de personnes hypersensibles et hyperempathe, elle ne considère pas ça comme un pouvoir au début, mais comme une malédiction. Quand Alex rencontre une personne en colère, quand l’émotion est trop forte, elle est prise de mimétisme et se retrouve à ne plus contrôler son comportement. 

Un super pouvoir

Avec l’intervention de Gabe (son grand frère), on comprend une chose importante : peu importe ce qui nous arrive, notre façon d’être, le plus important c’est notre vision et ce qu’on décide d’en faire. 

Life is strange hyperempatie

Extrait du dialogue entre Alex et son frère :

"Il y a quelque chose d'anormal chez moi" - "Je ne m'attends pas à ce que tu me crois, personne ne me crois"

"Tu ressens vraiment les émotions des autres ?" "En fait, tu as un super pouvoir !" "Tu entres dans le cœur des gens en quelque sorte." "C'est extraordinaire !" "C'est à toi de décider ce que tu en fais, non ?"

La façon dont Alex a de voir cette particularité comme une maladie a été clairement conditionnée par le fait qu’elle ait grandi en foyer et qu’on l’ai plus ou moins « diagnostiqué ». 

Comment l'hyperempathie devient une bonne chose

Je suis hyperempathe

Pendant des années, je ne comprenais pas ces sensations, ces émotions, des rages parfois qui pouvaient m’envahir de manière très soudaine, mais aussi des excès de joie sur des sujets qui ne me concernent absolument pas. En apprenant à me connaître, j’ai compris. Quand je comprends que les émotions ne sont pas les miennes, je peux les lâcher et dégonfler l’importance de ces émotions. 

L'hyperempathie me donne une bienveillance rayonnante

L’hyperempathie rend bienveillant. Je suis de nature bienveillante. Je ne juge pas les gens, j’essaie sans cesse de les comprendre et de leur apporter l’aide ou les outils nécessaires pour avancer et se sentir bien. Donc, l’hyperempathie peut nous apporter cette bienveillance naturelle. 

Décider de ce nous faisons avec l'hyperempathie

Comme le dit Gabe dans Life Is Strange, c’est à nous de décider ce que nous faisons avec notre hyperempathie. Alors oui, je sais bien que ça peut vous paraître insurmontable, ou peut-être que vous pensez que c’est facile à dire. Je ne dis pas que c’est simple d’apprivoiser cette hyperempathie mais par contre, je sais qu’il est indispensable de le faire pour mieux la vivre. 

Apprendre à apprivoiser son hyperempathie

Tout d’abord, sachez qu’il est vraiment nécessaire de réaliser un gros travail sur soi-même.

  • Accepter, c’est la première chose à faire. Accepter d’être ce que nous sommes et ne pas essayer d’être comme la majorité des gens. Savoir qu’on est pas seul à être hyperempathe, c’est aussi rassurant. 
  • Méditer va vous aider à réguler les effets des émotions sur votre corps, les reconnaître et mieux les accepter.  
  • Apprendre à comprendre l’hyperempathie avec un jeu vidéo tel que Life Is Strange ou des livres qui traitent du sujet, vous aidera.

Sécuriser son super pouvoir

Pour sécuriser son hyperempathie et apprendre à mieux la gérer, il faut apprendre à se recentrer sur soi. 

Des techniques dont je parle dans l’article « comment se sentir mieux«  peuvent vous aider. Il faut aussi apprendre à décider du moment où il faut faire le choix de s’isoler un peu. Même quand on assiste à un repas de famille ou quand on est invité chez quelqu’un, on a tout à fait le droit d’avoir besoin d’un moment pour soi. Quelques minutes pour se poser et respirer.

Déterminer ce qui nous appartient

Pour comprendre les émotions qui nous appartiennent, l’écriture d’un petit carnet des émotions fonctionne parfaitement. Alex Chen tient un carnet où elle regroupe ses « crises » d’hyperempathie :

Vous pouvez aussi réaliser des cartes mentales sur les ressentis et émotions du moments, cela nous aide à déverrouiller des solutions qui sont en nous.

Selon son énergie

Selon son niveau de fatigue mentale ou corporelle, on peut détecter les premiers signaux d’hyperempathie et choisir de s’isoler. Par exemple, si il y a une personne que je sens chargée en émotion négative, je peux prendre la décision de m’éloigner, si je sais que je suis trop fatigué, je me doute que j’aurai du mal à le supporter alors je prends une décision en conséquence. Peut être même que cette décision peut être prise en amont à force d’habitude.

S'isoler

Il peut parfois m’arriver de ne pas être vraiment disposé à voir du monde et pourtant j’adore discuter et échanger. 

Pour respecter mes besoins, si j’évalue le degré trop important de repos, je vais choisir de ne pas participer à un événement et de rester chez moi. Pour certains, ce comportement peut paraître négatif, alors que pour moi, cela n’est absolument pas le cas ! Je me sens mieux et plus en forme quand je prends le temps de m’isoler le temps qu’il faut.

Aurevoir les personnes toxiques

J’ai bien conscience que tout le monde peut devenir toxique à un moment de sa vie. Mais pour moi, ces personnes sont très fatigantes. Une personne toxique qui ne se rend pas compte de son mal être passera son temps à se plaindre et n’enverra que du négatif. Il faut préserver son énergie et s’éloigner de certaines personnes parfois.

Extérioriser

Alex Chen extériorise ses émotions dans la musique avec sa guitare. La créativité est un excellent moyen d’extérioriser son trop plein d’émotions. En ce qui me concerne, j’utilise la musique, l’écriture, le jeu vidéo et le coloriage pour adulte. 

Attention aux manipulateurs

Apprendre à reconnaître un manipulateur fera aussi grandement partie de votre mission dans la compréhension de votre hyperempathie. Notre trop grande bienveillance peut devenir dangereuse en face des harceleurs et manipulateurs. Les livres de Christel Petitcollin peuvent vous aider dans cet apprentissage. 

En résumé

L’hyperempathie n’est pas une maladie, vous ne pouvez pas en « guérir ». Par contre, vous pouvez l’accepter, comprendre comment l’utiliser pour aider les autres. Le jeu Life is Strange : true colors nous montre d’une très belle façon comment l’hyperempathie peut être utile. Une fois que vous travaillerez de manière constructive sur votre hyperempathie, vous vous sentirez mieux avec elle et n’allez plus la considérer comme une malédiction. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.